Annonce publique sous forme de livre les comportements spécifiques présentées par une personne identifiée par un enfant blessé son droit général

une) L'annonce publique des comportements et des compétences spécifiques indiquées par une personne identifiée par un enfant à l'école primaire-être altéré son droit général de la personnalité dans sa manifestation comme un droit à l'enfant intact développement contemporain.
b) Le ne appartiennent à la divulgation dans la vie publique de la propriété, de plantes comporter causé la violation des droits de la personne en ne supprimé, que la partie lésée ou son tuteur légal exprime également après une blessure aux circonstances décrites.
c) Pour atteindre la portée de la liberté de l'art (Art. 5 Abs. 3 GG).

BGH ARRÊT VI ZR 175/14 à partir de 15. Septembre 2015

GG Art. 1 Abs. 1, 2 Abs. 1, 5 Abs. 1, 3; BGB § 823 Abs. 1 Ah, § 1004 Abs. 1 Set 2.

..

Le VI. Chambre civile de la Cour fédérale de l'audience 15. Septembre 2015 par le juge présidant Galke, l'Wellner juge, Le juge von Pentz, le juge et le juge Dr Offenloch. Roloff
par la présente:
Je. Sur recours du requérant, le jugement est le 15. Civil Division de l'Oberlandesgericht Köln, par 11. Mars 2014 le point et de coût soit libéré immédiatement, que le jugement du tribunal régional de Cologne 18. Septembre 2013 ont été rejetées en appel par le défendeur-abgeän changé et l'action et l'appel interjeté par le requérant contre le rejet de leur juridiction contre les deux accusés non limitée demandes d'injonction son nom en tant que filiale d'une. X. et / ou enfant d'un. X. dans le livre “H. ” a été rejetée.
Sur recours du requérant, le jugement du Landgericht Köln est de 18. Septembre 2013 partiellement modifié position claire et retraités comme suit:
1. Défendeur 1 est condamné, de se abstenir de, la première édition du produit d'impression “H. ” (ISBN ) à mettre sur le marché et de diffuser public-liche, si le demandeur dans ledit travail avec le nom complet ou U. X. , comme une filiale de A. X. et / ou comme un enfant d'un. X. est nommé, si cela se produit, comme dans le système en tant que K 1 soumis Buchaus Imprimer.
- 3 -
2. Défendeur 1 est condamné, de se abstenir de, toutes les éditions large ren du produit d'impression et l'ebook “H. – ” (ISBN ) de mettre sur le marché et de diffuser publique, si le demandeur dans l'entreprise GE-disant comme une filiale de A. X. et / ou comme un enfant d'un. X. est nommé, si cela se produit, comme dans le système en tant que K 1 Impression sur papier soumis.
3. Les défendeurs 1 est pour chaque cas d'infraction ge-gen les injonctions en vertu du paragraphe 1 et 2 un ordre d'argent allant jusqu'à 250.000 Et pour le cas €, qu'il ne peut pas être entraîné at-, Emprisonnement pouvant aller jusqu'à six mois, en cas de récidive jusqu'à deux ans, – la détention administrative de tirer pleinement sur leurs gestionnaires respectifs – menacés.
4. Défendeur 2 est condamné, de se abstenir de, le requérant dans la première édition du produit d'impression “H. ” (ISBN ) avec nom complet, comme U. X. , comme une filiale de A. X. et / ou comme un enfant d'un. X. désigner, si cela se produit, comme dans le système en tant que K 1 Impression sur papier soumis.
5. Défendeur 2 est condamné, de se abstenir de, le candidat dans toutes les éditions ultérieures du produit ou ebook imprimée “H. ” (ISBN ) comme une filiale de A. X. et / ou comme un enfant d'un. X. désigner, si cela se produit, comme dans le système en tant que K 1 pré-conçus expression du livre.
- 4 -
6. Les défendeurs 2 est pour chaque cas d'infraction ge-gen les injonctions en vertu du paragraphe 4 et 5 un ordre d'argent allant jusqu'à 250.000 Et pour le cas €, qu'il ne peut pas être entraîné at-, Emprisonnement pouvant aller jusqu'à six mois, en cas de récidive jusqu'à deux ans, menacés.
7. Les défendeurs sont condamnés comme codébiteurs, à la requérante 1.196,43 € plus les intérêts d'un montant de 5 Points de pourcentage au-dessus du taux de base 1.157 Depuis € 16. Novembre 2012 et de 39,43 Depuis € 4. Plus 2013 (Défendeur 1) ou. depuis 5. Plus 2013 (Défendeur 2) payer.
8. En outre, la demande est rejetée.
II. Le pourvoi peut être rejeté.
III. Des frais de la procédure, le demandeur porte 1/3 et les défendeurs jamais 1/3.
De plein droit
- 5 -
Réalités:
Le requérant mineurs demande une injonction et le paiement d'une compensation monétaire pour identifier la mention de leur personne en nem d'oeuf par le défendeur 1 posés et par le défendeur 2 livre écrit.
Défendeur 2 était un professeur d'école primaire et est l'épouse d'un ancien sénateur de B. Le requérant était après le déplacement en hiver 2007 connecté à l'école primaire, où le défendeur 2 enseigné. La requérante a pris part dans le procès enseignement troisième année, Pour TES e, si elle est adaptée, Aller à la seconde année. Défendeur 2, qui était le professeur principal de la troisième année, prononcé contre une sur-saut. En Mars 2008 mettre la mère du demandeur pour le traitement de l'accusé 2 avec sa fille une plainte auprès du Département du Sénat pour l'éducation, un. En Novembre 2008 tourné la mère à la B. Journaux, décrivant le processus, en indiquant leur nom et le nom de la partie défenderesse à 2. Dans la suite, sur 5. Novembre 2008 Article Erschie-Nenen il a été dit avec l'attribution complète et autres. comme suit:
“ET (Notez le Sénat: Défendeur 2) réputé être expérimenté et rigoureux enseignant d'école primaire. Son mari, ... Le sénateur Z (...), est également intéressé à la situation des écoles dans B. et se manifeste chaque maintenant et encore dans des interviews depuis à-. Récemment, il a écrit dans une lettre aux enseignants d'une ville ... “Culture traditionnelle performances à distance” accusé. Maintenant Y a même de la colère. Contre l'enseignant est déjà depuis Avril une plainte auprès du Senatsbildungsverwal-toung il ya. Sous le numéro VII A 4.4 accusée, d'avoir violé schulrechtli-Che Règlement du personnel. Il est au sujet de sa propre autorité Ver-prise sur un étudiant. ... “Je dois l'impression, que le Bil-
1
2
3
- 6 -
La gestion du fumier a pas encore examiné la plainte”, dit Mme B., qui a déposé la plainte. La raison de cette entrée et d'une-BE a été la manipulation de l'enseignant de l'école élémentaire Y avec une fille, l'œuf de Ner autre école venant en troisième dans la classe de l'école primaire en B. Wes-e avait été prise. Il y avait Y titulariat. Après avoir décrit la Mère A ... X. il y avait des problèmes immédiats entre Y et de sa petite-enfant hochbe gabT. Au début des vacances de Noël 2007 L'enseignant doit avoir soudain pris la sacoche de l'enfant et ont reingesteckt manuels scolaires et du matériel didactique de la deuxième classe. À la demande du parent Y aurait dit, que l'enfant serait maintenant assister à la deuxième classe. Bien que: Un nécessaire à une telle résolution de mesure du Conseil de Classe il n'y avait pas à ce moment-. Plus tard, l'enseignant de base-école aurait même dit, que la jeune fille ne serait même pas aller à l'école. La mère a déclaré, sa fille avait subi. Afin d'éviter de nouvelles souches, demandez à votre enfant enfin effectivement donné dans la classe inférieure. La mère de la jeune fille se tourna finalement, après consultation avec la Directrice par intérim, qui a également désapprouvé le comportement de l'enseignant Y, le conseil compétent ..., H., une. Cette, seit 17 Années de mandat, essayé de nettoyer l'air entre Y et la mère de l'enfant. Et doch, que Mme B., ont nominations proposées annulé à court préavis – également sans donner de raisons. Dernière mi-Mars 2008. En réponse, l'avocat de l'école spécialisée pour le compte du courage ter une plainte contre Y. Aussi le vaillant Conseil a des conséquences. Il a ordonné à l'enseignant Y “un nouveau départ pédagogique” dans une école ande-ren – ils doivent être ajoutées. Mais cela ne se produisait. Y a écrit 3. Juillet 2008 une lettre à l'éducation sénateur J. (...). Elle y prit une formellement correcte Eilbeschwerde contre leur dislocation imminente. Dans la lettre qu'elle a parlé d'un “vendetta personnelle” contre lui. Au début de la
- 7 -
Les vacances d'été est l'école résolue conseil H. par le chef responsable du département de l'administration scolaire, L., communiquée dans un entretien personnel, pour qu'il 15. Août est réglé et future commission scolaire NK. de travail. Il est un “Conversion de tension. ...”
À la suite de l'opération a été repris dans plusieurs gène Presseveröffentlichun. Les accusés étaient au 2 et la mère de la demanderesse mentionnés par leur nom ainsi que l'école primaire fréquentée par le demandeur. Le nom de la requérante n'a pas été notifiée.
Après sa retraite de la profession enseignante en 2011 a écrit à la partie défenderesse 2 le livre “H. “. Le livre a été par la défenderesse 1 relocalisés et publié à l'automne 2012. Ceux Plainte au-zu 2 dépeint dans les événements entourant le déplacement du procès du requérant dans une classe supérieure. Elle effectue en pleine u.a d'attribution. à partir de:
“Am 12. Novembre 2007 Mme venu W., Agissant alors Konrek-Torin, dans le couloir de l'école me. Dans le fond, je vis une mère avec sa petite fille. Cette mère était une ... X. (Notez le Sénat: Mère de la requérante). Je regardais de plus près l'enfant. Ce fut une folle-chen esprit ouvert, mais il est avéré, qu'il était encore trop immature pour une troisième année de l'école. Les autres filles étaient socialement supérieur à lui, ce qu'ils reconnaissaient eux-mêmes avec Maulereien et offensé. Elle a écrit très lentement et non articulé. Lors de la lecture, ils avaient du mal à, de saisir le sens, cria rapidement, si quelque chose n'a pas réussi aussi, comment plier un cube et de la colle. En informatique aussi de grandes difficultés de moi étaient par l'enseignant sous réserve GE-disant, car il était en anglais pour des problèmes ... (S. 141 ff.).
4
5
6
- 8 -
Am ... 5. Novembre 2008 paru dans le B. Journal un article intitulé “L'épouse de sénateurs assure litige”. Il était sur le BE déjà négocié “Wannabe propos Springerin”, Fille de Mme X .... (S. 163).
... Je suis à une perte. Devrait-il être si, que mes collègues les articles de presse sinistres ont la foi? … Afin de produire au moins les informations de mon centre de service Solde maintenant, Je demandai à mes collègues en quelques mots ensemble, ce qu'il a effectivement disparu .... Voici le texte de ori-ginal:
Les informations de base sur le cas de U .... X. (Notez le Sénat: Demandeur) B., la 9.11.2008
Dans .... X. est venu en Novembre 2007 illégalement à la demande de la mère, et en amenant le Recteur provisoire femme W. à déguster dans ma classe .... Par conséquent, je me suis défendu contre elle. Cela n'a pas, comme le Conseil de l'école et ma directrice, probablement parce qu'ils aiment leur erreur, l'enfant à tous les 3. Ayant année scolaire donnée, voulu couvrir. En face de la mère a présenté il est si, comme si je l'avais seulement assuré, que l'enfant U. X. Retour à 2. Aller année scolaire devait ...” (S. 166 f.).
La requérante soutient, l'identification de la représentation de leur personne comme immature “Pseudo-doués”, l'manqué l'intelligence et les compétences sociales nécessaires, les viole dans leur intimité. Selon le manque Be-regretté d'une violation de la requérante, à cause du livre faits Darge-présentés ont déjà fait l'objet de communiqués de presse complets.
Les défendeurs ont commis un acte criminel Unterlassungserklä-tion à, le nom complet ou abrégé du demandeur
7
8
9
10
11
12
- 9 -
ne pas utiliser dans le livre électronique et de la deuxième édition du produit d'impression.
Le tribunal de district, le défendeur à 1 condamné, de se abstenir de, d'apporter la première édition du livre sur le marché et Spread publiquement ème, lorsque le demandeur y, comme cela est arrivé dans l'expression de livres, annexé, est appelé nom complet ou abrégé et le nom patronymique complet. Le tribunal de district, le défendeur à 2 créatures-Teil, de se abstenir de, de nommer le requérant dans son livre nom complet ou abrégé et le nom patronymique complet, si cela se produit, comme indiqué dans l'expression de livre, en annexe,. Le tribunal de district a le défendeur, en plus de payer les frais juridiques que droite-dans le montant de 1.196,43 € condamné l'action et, en outre abge Meadows. En appel par le défendeur, la Cour d'appel a rejeté le recours au total. L'appel du demandeur a été rejeté. Avec l'approbation par l'audit Sénat le demandeur a poursuivi ses demandes d'action plus.
Motifs de la décision:
A.
Après que la Cour d'appel, le demandeur n'a pas droit à une injonction de la désignation d'identification dans les stands par la défenderesse contre le défendeur 2 livre écrit. Bien que la requérante a été affectée par la publication contestée dans leurs droits de la personnalité générales. Visé est leur droit au respect de la vie privée, l'étreinte également être habilitée, de rester dans l'anonymat d'auto-imposée. Es venir
13
14
- 10 -
Peu importe, si l'identification du demandeur sur l'autre en nommant leur nom ou un message complet ou abrégé, leurs identifica-tion permettant Réalisations de données. Parce qu'il ne fait aucune différence, si la personne concernée serait clair pour le lecteur par la mention explicite de son nom ou de toute autre manière. Mais l'engagement ne soit pas illégale, car les intérêts de protection du demandeur se retireraient derrière la loi de Be-accusés à la liberté de l'information. Bien que la protection de la vie Pri-le demandeur est vulnérable à une plus grande mesure, parce que le demandeur est mineur. Cette protection étendue principe est restreint relativement à la contestation, parce que le fait, que la requérante en raison de la douance la deuxième classe avait pour sauter et le défendeur 2 elle ce ne permettait pas, était bien connu en raison d'un acte de la mère du demandeur. Pour être dans le publiée à la demande de la mère de l'article de journal il ya requérant- et prénom du demandeur, le nom de leur avocat, douance, mentionné le différend sur le Ver-durable de la requérante dans la troisième année et l'emplacement de l'école. L'autre Einzelhei e nommé dans les rapports de presse suivants ont été incluses dans l'auto-ouverture. Parce que la mère de la demanderesse a dû assumer, qu'en raison de la nom connu de l'accusé 2 serait en outre appuyer organes prennent la question et mis à propre recherche; le nom de l'école primaire était facile de recherche tourné-sen. Le requérant ne peut pas avoir un degré plus élevé de l'anonymat Demandes-chen, comme si elle avait occupé comme un résultat de l'auto-ouverture de sa mère et à travers cette rapports Veran dirigées au public jusqu'à présent. Le Berichterstat-toung à l'année 2008 est sans pertinence et non en raison du calendrier. Parce qu'elle était encore disponible sur l'Internet et de la volonté dans d'autres rapports de l'année 2011 ramassé et lié. Bien que le nom complet de l'candidats-rin n'a pas été mentionné dans les articles cités; Toutefois, il est de la
- 11 -
été facile d'identifier d'autres données visées. Il appartient donc déjà au relief à l'image publique de la requérante, qu'elle sera-Tween sa mère et le défendeur 2 due à un résultat battues Images échec de la tentative par le demandeur, une classe pour sauter à cause de la douance, a donné une confrontation prolongée. Lancé par le défendeur 2 livre rédigé faire le demandeur simplement continuer de la même manière identifiable. Que le requérant par le défendeur 2 volonté affichée contenu contrairement à l'instigation de sa mère Rapport de presse, réside dans la nature des choses. Si la requérante avait été jugée égale par sa mère et son professeur, de sorte qu'il ne viendrait pas au débat-ge.
En revanche, les défendeurs ne pouvaient invoquer le droit à la liberté d'expression-. En supposant, que le défendeur 2 un livre de débat sur l'état de l'école d'aujourd'hui et en particulier l'administration de l'école en B. Je veux écrire, Il a également estimé par elle comme les incidents d'intimidation au cours des dernières années, leur service de l'école ont travaillé jusqu'à wol-len, et en tenant compte du fait, que la non-promotion du requérant dans la presse ont déjà trouvé auparavant beaucoup d'attention, il y avait un intérêt public à l'information, même si la requérante et son processus impliquant mère. L'intention de l'accusé a été réalisé, de critiquer une ingérence excessive par les parents dans le système scolaire et le manque d'acceptation de l'enseignant comme une autorité éducative, où-pour l'épisode avec la mère du demandeur peut servir d'exemple. Le facteur décisif pour l'équilibre en faveur des défendeurs, que l'identification permettant données personnelles du demandeur avait été disponible au moment de la publication étant poignées-nen sur Internet. La vue de la lic OEF à la requérante a déjà été donnée et influencé par les informations déjà vorhande-nen.
15
- 12 -
B.
Ces considérations valent la revue légale de révision ne signifie en aucune façon stand. Contrairement à l'opinion de la cour du demandeur contre les défendeurs sont injonction du § 823 Abs. 1, § 1004 Abs. 1 Set 2 BGB i.V.m analogique. Art. 2 Abs. 1, Art. 1 Abs. 1 GG où désigné dans Tenor écran de détail. La publication et la distribution du livre “H. “, où les images battues échoué-tenter le demandeur, de sauter une classe, décrit dans la façon d'identifier, et cela de plus près en vertu document décrivant les faits comme immature et leurs camarades de classe socialement inférieurs “Wannabe Skipping-rin” est montré, violer la requérante dans sa keitsrecht général personnelles. Le demandeur peut aussi réclamer une indemnité pour les frais de que droite-juridique nécessaire. La révision, cependant, est sans fondement, la mesure où elle est exercée de l'application, Défendeur 2 plaidoiries, il unterlas-sen, pour désigner le candidat dans le public et / ou par rapport à la livre en identi-way-qualification. Sans succès, la révision vaut également pour le rejet de la demande de paiement d'une rémunération en espèces.
Je. Le requérant peut demander au défendeur conformément au § 823 Abs. 1, § 1004 Abs. 1 Set 2 BGB i.V.m analogique. Art. 2 Abs. 1, Art. 1 Abs. 1 Exiger plus près désigné GG omission dans le ténor.
1. Das Berufungsgericht hat im Ergebnis zu Recht angenommen, que le requérant identifie représentation des événements liés à sa tentative ratée, Aller à la seconde année, où par le défendeur 2 met en prise livre rédigé dans le cadre de la générale par-sönlichkeitsrechts le demandeur. Affecté est celui du droit à l'autodétermination informationnelle, ce qui donne aux individus la puissance, raison-
16
17
18
- 13 -
plus de décider pour eux-mêmes, si, quand et dans quel Gren zen au sujet de leurs vies sont révélés (VGL. Jugements Sénat 29. Avril 2014 – VI ZR 137/13, AP 2014, 325 Rn. 9; à partir de 30. Septembre 2014 – VI ZR 490/12, AP 2014, 534, 536; à partir de 13. Janvier 2015 – VI ZR 386/13, VersR 2015, 336 Rn. 9, chacun avec d'autres références). Des préoccupations ont également le droit du demandeur mineurs au développement sans entrave de leur personnalité et de l'enfant intact développement contemporain (VGL. Jugements Sénat 5. Novembre 2013 – VI ZR 304/12, BGHZ 198, 346 Rn. 17 Mwn; BVerfGK 8, 173, 175; Cour constitutionnelle, NJW 2000, 2191, 2192; AP 2003, 537). Les enfants ont besoin d'une protection spéciale leur-, Parce que vous avez à être des personnes auto-responsable échapper-velop. Votre développement personnel peut ainsi, que les questions personnelles sont faits l'objet d'un débat public, sont beaucoup plus sensibles que les adultes perturbés (VGL. Jugements Sénat 5. Novembre 2013 – VI ZR 304/12, BGHZ 198, 346, Rn. 17; à partir de 29. Avril 2014 – VI ZR 137/13, AP 2014, 325 Rn. 9; BVerfGE 101, 361, 385; 119, 1, 24; 120, 180, 199). Ce droit à la libre développement de la personnalité-pulmonaire de chaque enfant – sur “Etes-personne” – comprend à la fois la protection de la vie Pri-ainsi que le développement de l'enfant contemporain et déploiement dans le secteur public et la sensibilité (VGL. Cour constitutionnelle, NJW 2000, 2191, 2192). Les compétences spécifiques de l'enfant sur le développement de la petite enfance paisible de la droite doit être déterminée par l'objectif de protection de suite en tenant compte des stades de développement de l'enfant (Cour constitutionnelle, AP 2003, 537).
2. L'intervention dans le droit général de la requérante était illégale. L'intérêt de la requérante à la protection de sa personnalité sur-pèse le résultat recherché par l'intérêt de la partie défenderesse dans l'information du public et de leur droit à la liberté d'expression.
19
- 14 -
une) En raison de la nature du droit à la vie privée comme un cadre de droite sa portée est pas absolument fixe, mais devrait être déterminé que par un équilibrage des intérêts conflictuels protégés par la Constitution, dans les circonstances particulières de chaque cas ainsi que les droits fondamentaux touchés et garanties de la Menschenrechtskonven-tion européenne doit être considérée comme une interprétation conducteur. L'intervention dans la personnalité-lichkeitsrecht est seulement illégale, lorsque l'intérêt de la personne concernée l'emporte-nen les intérêts légitimes de l'autre côté (VGL. Senatsurtei-le à partir de 17. Décembre 2013 – VI ZR 211/12, BGHZ 199, 237 Rn. 22 = AP 2014, 135; à partir de 30. Septembre 2014 – VI ZR 490/12, AP 2014, 534, 536).
b) En cas de litige qui est, par nature,. 2 Abs. 1, Art. 1 Abs. 1 GG, Art. 8 Abs. 1 CEDH garantie de l'intérêt de la requérante à la protection de sa personnalité avec l'en nature. 5 Abs. 1 GG, Art. 10 Abs. 1 Peser CEDH droit des accusés à la liberté d'expression (VGL. aussi de la CEDH 12. Mars 2015, Almeida Leitão Bento Fernandes gegen Portugal, Appl. non. 25790/11 – http://hudoc.echr.coe.int/eng?i = 001-152727 #{“itemid”:["001-152727"]}, abgeru-fen sur 10. Août 2015). Sur l'en nature. 5 Abs. 3 GG garantie Kunstfreilager-ness qui se plaignent ne peut pas compter sur l'autre côté. Le livre ne tombe pas dans le champ d'application de ce droit fondamental.
aa) L'art de. 5 Abs. 3 Set 1 GG zone protégée de la vie “Art” est par le gaufrage de la nature de l'art, Seuls propre structure de souhaits fois pour déterminer leur. Jusqu'où puis étend la garantie de la liberté artistique la Constitution et ce qu'elle signifie en détail, ne peut être circonscrit par un tout aussi valable pour toutes les formes d'expression de l'activité artistique et pour tous les genres d'art concept général. La difficulté, Pour définir l'art, cependant ne libère pas de l'obligation constitutionnelle, de décider dans l'application concrète de la loi, si la Vorausset-
20
21
22
- 15 -
langues de l'Art. 5 Abs. 3 Set 1 Présent GG, und zu diesem Zweck die Grundanforderungen künstlerischer Tätigkeit festzulegen (VGL. BVerfGE 67, 213, 225; 75, 369, 377). Dabei ist im Interesse des Schutzes künstlerischer Selbstbestimmung von einem weiten Kunstbegriff auszugehen (BVerfGE 67, 213, 225; 119, 1, 23 – Esra; à. Mangoldt/Klein/Starck, GG, Art. 5 Abs. 3 Rn. 298 f., 301; BeckOK/Kempen, GG, Art. 5 Rn. 163 [Supporter: 1. Juin 2015]). Ein Kunstwerk ist jedenfalls dann gegeben, wenn es sich um eine freie schöpferi-sche Gestaltung handelt, in der Eindrücke, Erfahrungen und Erlebnisse des Künstlers durch das Medium einer bestimmten Formensprache zur Anschauung gebracht werden (VGL. BVerfGE 30, 173, 188 f.; 67, 213, 226; 75, 369, 377; 119, 1, 20 fa. – Esra). Schildert der Autor eines Werks tatsächliche Begebenheiten und/oder existierende Personen, kommt es darauf an, ob er diese Wirklichkeit künstlerisch gestaltet bzw. eine neue ästhetische Wirklichkeit schafft. Letzteres liegt nahe, wenn der Autor tatsächliche und fiktive Schilderungen vermengt und keinen Faktizitätsanspruch erhebt. Erschöpft sich der Text dagegen in einer reportagehaften Schilderung eines realen Geschehens und besitzt er keine zweite Ebene hinter der realistischen Ebene, so fällt er nicht in den Schutzbe-reich des Art. 5 Abs. 3 Set 1 GG (VGL. Jugement du Sénat 10. Juin 2008 – VI ZR 252/07, AP 2008, 385 Rn. 8 – Esra; BVerfGE 119, 1, 20 f., 28 f., 31, 33 – Esra; BVerfG AfP 2008, 155 Rn. 4).
bb) Nach diesen Grundsätzen ist das von der Beklagten zu 2 verfasste Buch nicht als Kunst im Sinne des Art. 5 Abs. 3 Set 1 GG zu qualifizieren. Es handelt es um einen reinen Tatsachenbericht, mit dem die Autorin keine ge-genüber der realen Wirklichkeit verselbständigte ästhetische Wirklichkeit ge-schaffen oder angestrebt hat. Die Autorin erhebt vielmehr ausdrücklich einen Faktizitätsanspruch. In ihrem Vorwort weist sie darauf hin, qu'elle voulait découvrir principalement griefs dans le système scolaire et exclusivement Ge-
23
- 16 -
schehnisse ont ajouté à leur livre, qui avait effectivement eu lieu et pourrait le prouver.
c) L'équilibre entre les intérêts de la requérante, la protection de leur personnalité et en nature. 5 Abs. 1 GG, Art. 10 Abs. 1 CEDH droit des accusés à la liberté d'expression tombe en faveur de la requérante de. La déclaration effectuée par l'identification se livrer à leur personnalité droit général est considérablement. Im Zeitpunkt der Veröffentlichung des Buches befand sich die Klägerin in einer besonders schutzwürdigen Phase ihrer Per-sönlichkeitsentwicklung. Sie war 12 Jahre alt, gerade in die siebte Klasse einer weiterführenden Schule gekommen und befand sich kurz vor oder schon in der Pubertät. Die Bekanntgabe konkreter, in der Grundschule gezeigter Verhal-tensweisen (Maulereien, Beleidigtsein, Weinen, wenn etwas nicht gelingt) und die konkrete Beschreibung ihrer angeblich noch unzureichenden Schreib-, Le-se- und Rechenfähigkeiten, die die Beklagte zu 2 als Beleg für die von ihr be-hauptete soziale, emotionale und leistungsmäßige Überforderung der Klägerin in der dritten Klasse anführt, beeinträchtigen ebenso wie die zusammenfassen-de, abwertende Bezeichnung der Klägerin als “Wannabe propos Springerin” de-ren Recht auf ungestörte kindgemäße Entwicklung in erheblichem Maße. Ent-contre l'avis de la Cour ne peut pas être refusée au motif d'une Beeinträch-ment considérable des droits personnels du demandeur par l'annonce de pratiques scolaires en béton et la description de leurs compétences, il était jusqu'à “dans l'ordre des choses”, que le requérant par le défendeur 2 volonté affichée contenu contrairement à l'instigation de sa mère Rapport de presse. Parce que la représentation de la demande est apte, faire obstacle à leur développement et à leur développement en tant que personnalité par-durable. Le requérant avait à craindre, dass die mit konkreten Einzelheiten belegte Darstellung ihrer Person als sozial und emotional unreife “Wannabe propos Springerin” Personen in ihrem nahen Umfeld bekannt wird und
24
- 17 -
von diesen als Grundlage zur Beurteilung ihrer Person genommen wird. Sie musste darüber hinaus gewärtigen, das Ziel von Anfeindungen oder Hänseleien – etwa von Mitschülern – zu werden. Bereits diese berechtigten Befürchtungen der Klägerin genügen, um eine Beeinträchtigung ihres Rechts auf ungestörte kindgemäße Entwicklung zu bejahen. Entgegen der Auffassung des Berufungs-gerichts kommt es nicht darauf an, ob die Darstellung der Klägerin tatsächlich von ihrem Umfeld zur Kenntnis genommen worden ist. Denn der Feststellung konkreter Beeinträchtigungen für die Persönlichkeitsentfaltung des Minderjähri-gen oder zu einer Gefährdung seines Wohls bedarf es für die Annahme einer Beeinträchtigung des Rechts auf kindgemäße Entwicklung nicht (VGL. BVerfGK 8, 173, 176; Cour constitutionnelle, AP 2003, 537).
In diesem Zusammenhang ist weiterhin zu berücksichtigen, dass die von der Beklagten zu 2 Prix ​​information donnée sur le demandeur et la demi-une meilleure protection contre la divulgation au public Ge Niessen, en raison de la – deux enseignants titulaires et salariés TREF fenden – Secret sont inclus (§ 37 BeamtStG, § 3 Abs. 2 Ta-rifvertrag pays; VGL. DIJuF opinion juridique de 21. Mars 2012 – J 7.250 Sm, Jamt 2012, 266 f.; Contacteur / Maiwald, Loi sur le service civil des gouvernements fédéral et des États, § 37 BeamtStG Rn. 7 [Supporter: Mars 2009]). Les Behav-dix illustrés sages et les compétences du demandeur a de ce fait par rapport à l'école par rapport à leur professeur principal, anderen Lehrern oder gegenüber Mitschü-lern gezeigt; Défendeur 2 hat Kenntnis von diesen Umständen allein auf-grund ihrer dienstlichen Tätigkeit als Lehrerin erlangt.
Défendeur 2 hätte ihr Interesse an einer Richtigstellung der angeb-lich unzutreffenden Zeitungsberichte und an einer Darstellung der Vorkommnis-se an den Schulen in B. dagegen ohne ernstliche Einschränkungen auch dann verfolgen können, wenn sie die Klägerin anonymisiert hätte (VGL. Senatsurteil
25
26
- 18 -
à partir de 8. Février 1994 – VI ZR 286/93, AP 1994, 138, 139). Entgegen der Auf-fassung des Berufungsgerichts waren die mitgeteilten Informationen über die Klägerin auch nicht bereits vor der Veröffentlichung des Buches einer breiten Öffentlichkeit bekannt und prägten die Sicht auf sie. Aufgrund der Berichterstat-tung in den Medien im November 2008 und Januar 2011 war allenfalls bekannt geworden, dass eine Tochter von A. X. an der Grundschule der Beklagten zu 2 die zweite Klasse überspringen sollte und die Beklagte zu 2 dieses Ziel nicht ermöglicht hat. Inconnu, cependant, étaient de la partie défenderesse à 2 montré dans les pratiques éducatives de détail et l'écriture, Reading- et des capacités de calcul de la requérante. Nor a été révélé leur forme complète ou abrégée nom de abge-première. Il peut rester indécise, si le pré-nommer un deuxième- ou. Troisième année, ont leur nom et l'école primaire venir à notre avis, ne peut jamais être recherché facilement. Même si cela fait partie des lecteurs de l'article géré, hätte die Klägerin ihre Ano-nymität dadurch noch nicht verloren. Denn durch die Veröffentlichung des Bu-ches ist der Kreis derjenigen Personen, die Kenntnis vom Vornamen der Kläge-rin hatten, erheblich erweitert worden (VGL. Cour constitutionnelle, AP 2010, 365 Rn. 33). An-ders als in den vom Senat am 5. Novembre 2013 et 29. Avril 2014 entschie-denen Fällen (VI ZR 304/12 sowie VI ZR 137 et 138/13) fügte die vorliegend angegriffene Darstellung der Klägerin dem – allenfalls – in der Öffentlichkeit vor-handenen Kenntnisstand in zweifacher Hinsicht etwas Neues hinzu. Zum einen wurde der noch nicht bekannte Vorname der Klägerin preisgegeben; zum ande-ren wurden konkrete – von der Klägerin in der Grundschule gezeigte – Verhal-tensweisen und Fähigkeiten bekannt gemacht und ihre schulische Entwicklung aufgezeigt. Die identifizierende Darstellung der Klägerin im Buch der Beklagten hatte damit entgegen der Auffassung des Berufungsgerichts einen eigenständi-gen Verletzungsgehalt (VGL. Jugements Sénat 29. Avril 2014 – VI ZR 137/13, AP 2014, 325 Rn. 22; à partir de 29. Juin 1999 – VI ZR 264/98, AP 1999, 350, 351).
- 19 -
Entgegen der Auffassung der Revisionserwiderung kommt es auch nicht darauf an, ob sich die Mutter der Klägerin im Anschluss an die Veröffentlichung des Buches öffentlich zu den Vorgängen geäußert und die von der Beklagten zu 2 berichteten Informationen bestätigt hat. Denn eine durch die Preisgabe nicht in die Öffentlichkeit gehörender Lebenssachverhalte bewirkte Persönlich-keitsrechtsverletzung entfällt nicht dadurch, dass sich der Verletzte oder sein Erziehungsberechtigter nach der Verletzung ebenfalls zu den offenbarten Um-ständen äußert (VGL. Jugements Sénat 14. Octobre 2008 – VI ZR 272/06, AP 2008, 610 Rn. 24; à partir de 19. Octobre 2004 – VI ZR 292/03, AP 2004, 540, 543).
3. Wie die Revision zu Recht geltend macht, kann die Klägerin aufgrund der aufgezeigten Rechtsverletzung von den Beklagten nicht nur Unterlassung der Veröffentlichung und Verbreitung der ersten Auflage des Buches, sondern auch aller weiteren Auflagen desselben und des eBooks verlangen, wenn die Klägerin darin als Tochter und/oder Kind der A…. X. bezeichnet wird und dies so geschieht wie in dem als Anlage K 1 Impression sur papier soumis. Denn der rechtswidrige Eingriff in das allgemeine Persönlichkeitsrecht der Klägerin liegt darin, dass in dem von der Beklagten zu 2 auteur et par le défendeur 1 vendu le livre illustré par le demandeur à l'école primaire Ver-tiques (Maulereien, Beleidigtsein, Weinen, si vous quelque chose échoue) et leurs cartes d'absence alléguée, Reading- et des capacités de calcul sont représentés dans l'identification des moyens. Comme la Cour d'appel a adopté une n-débrouiller et la révision réponse ne remettrait gravement en question, Le requérant était également sans préciser leur nom complet ou abrégé en fonction des circonstances rapportées (Nom du parent, Bezeichnung der Klägerin als deren Tochter, Name der Schule, Angabe der Klasse und der Jahreszahl) für einen nicht unerheblichen Personenkreis identifizierbar. Die Identifizierbarkeit ist nämlich bereits dann gegeben, wenn eine Person ohne namentliche Nennung zumindest für einen Teil des Leser- oder Adressatenkrei-
27
28
- 20 -
ses aufgrund der gemachten Angaben hinreichend erkennbar wird. Es kann die Wiedergabe von Teilinformationen genügen, aus denen sich die Identität für die sachlich interessierte Leserschaft ohne weiteres ergibt oder mühelos ermitteln lässt (VGL. Jugements Sénat 10. Décembre 1991 – VI ZR 53/91, AP 1992, 140, 141; à partir de 21. Juin 2005 – VI ZR 122/04, AP 2005, 464, 465; BVerfGK 3, 319, 321 f.; Soehring in Soehring/Hoene, Loi sur la presse, 5. Auflage, § 17 Rn. 3; Wen-zel/Burkhardt, Das Recht der Wort- et photojournalisme, 5. Ed, Obtenez. 12 Rn. 43).
Entgegen der Auffassung des Landgerichts waren die mitgeteilten Infor-mationen über die Klägerin nicht bereits vor der Veröffentlichung des Buches einer breiten Öffentlichkeit bekannt und prägten die Sicht auf sie. Wie oben be-reits aufgeführt, war aufgrund der Berichterstattung in den Medien im November 2008 und Januar 2011 allenfalls bekannt geworden, dass eine Tochter von A. X. an der Grundschule der Beklagten zu 2 die zweite Klasse überspringen sollte und die Beklagte zu 2 dieses Ziel nicht ermöglicht hat. Nicht bekannt waren hingegen das konkrete schulische Verhalten der Klägerin und ihr Leistungs-stand, mit denen die Beklagte zu 2 die angebliche soziale, emotionale und leis-tungsmäßige Überforderung der Klägerin in der dritten Klasse begründet hat.
Die für den Unterlassungsanspruch erforderliche Wiederholungsgefahr ist gegeben. Sie wird aufgrund der erfolgten Rechtsverletzung vermutet (VGL. Jugements Sénat 27. Plus 1986 – VI ZR 169/85, AP 1986, 241, 242; à partir de 30. Juin 2009 – VI ZR 210/08, AP 2009, 494 Rn. 29; à partir de 19. Mars 2013 – VI ZR 93/12, AP 2013, 250 Rn. 31). Diese Vermutung haben die Beklagten nicht entkräftet. Sie ist insbesondere nicht durch die von den Beklagten abge-gebene strafbewehrte Unterlassungserklärung entfallen. Denn Gegenstand die-ser Erklärung ist lediglich die Verwendung des vollständigen oder abgekürzten
29
30
- 21 -
Namens der Klägerin, nicht hingegen die Mitteilung anderer Umstände, durch die die Klägerin erkennbar gemacht wird.
4. Die Unterlassungsverpflichtung der Beklagten in Bezug auf die erste Auflage des Druckerzeugnisses “H. ” ist nicht deshalb erloschen, weil den Beklagten die Erfüllung ihrer Unterlassungs-verpflichtung unmöglich wäre. Die Revisionserwiderung zeigt keinen in den Tat-sacheninstanzen übergangenen Sachvortrag auf, wonach das Buch auf dem Markt nicht mehr erhältlich wäre. Ein entsprechendes Vorbringen ergibt sich auch nicht aus dem Berufungsurteil oder dem Sitzungsprotokoll. Der neue und von der Klägerin bestrittene Vortrag der Beklagten in der Revisionsinstanz, wo-nach die erste Auflage nicht mehr lieferbar sei, ist im Revisionsverfahren nicht zu berücksichtigen (VGL. Jugement du Sénat 23. Septembre 2014 – VI ZR 358/13, BGHZ 202, 242 Rn. 20 fa. Mwn).
Entgegen der Auffassung des Landgerichts ist die Beklagte zu 1 von ih-rer Unterlassungsverpflichtung auch nicht hinsichtlich solcher Exemplare ent-bunden, die bereits an den Buchhandel ausgeliefert wurden. Nach der ständi-gen Rechtsprechung des Bundesgerichtshofs erschöpft sich die Verpflichtung zur Unterlassung einer Handlung, durch die – comme dans le cas de contestation, – ein fortdauernder Störungszustand geschaffen wurde, nicht in bloßem Nichtstun. Vielmehr um-fasst sie auch die Vornahme möglicher und zumutbarer Handlungen zur Besei-tigung der Störungsquelle, wenn allein dadurch dem Unterlassungsgebot Folge geleistet werden kann (VGL. Jugement du Sénat 11. Novembre 2014 – VI ZR 18/14, AP 2015, 33 Rn. 16 zur titulierten Unterlassungsverpflichtung; BGH, Cas 22. Octobre 1992 – IX ZR 36/92, BGHZ 120, 73, 76 f.; à partir de 18. Septembre 2014 – I ZR 76/13, IIC 2015, 258 Rn. 64; Décision du 25. Janvier 2007 – I ZB 58/06, , A-RR 2007, 863 Rn. 17, chacun avec d'autres références). Dementsprechend hat der Unterlassungsschuldner, um bestehende Gefahrenlagen zu beseitigen und
31
32
- 22 -
künftige Verletzungen zu verhindern, erforderlichenfalls auf Dritte einzuwirken, wenn und soweit er auf diese – rechtlich oder tatsächlich – Einfluss nehmen kann (VGL. Jugement du Sénat 28. Juillet 2015 – VI ZR 340/14, Coupe du monde 2015, 1664 Rn. 40; BGH, Arrêt du 18. Septembre 2014 – I ZR 76/13, IIC 2015, 258 Rn. 70; OLG Köln, GRUR-RR 2008, 365; MMR 2010, 782, 783; Ott, WRP 2007, 605, 608; Teplitzky, Wettbewerbsrechtliche Ansprüche und Verfahren, 10. Ed, 57. Obtenez. Rn. 26; Köhler in Köhler/Bornkamm, UWG, 33. Ed, § 12 Rn. 6.7).
5. Entgegen der Auffassung der Revisionserwiderung ist die Geltendma-chung der Unterlassungsansprüche durch die Klägerin weder rechtsmiss-bräuchlich noch verstößt sie gegen das Schikaneverbot (§ 226 BGB). Die Rechtsverfolgung dient ersichtlich der Wahrung der Rechte der Klägerin, insbe-sondere ihres Rechts auf ungestörte kindliche Entwicklung; sie ist nicht darauf gerichtet, den Beklagten Schaden zuzufügen.
II. Aufgrund der aufgezeigten Rechtsverletzung steht der Klägerin gegen die Beklagten darüber hinaus ein auf die Erstattung der ihr entstandenen Rechtsverfolgungskosten gerichteter Schadensersatzanspruch in Höhe von 1.196,43 € aus § 823 Abs. 1 BGB zu. Die Einschaltung eines Rechtsanwalts war zur Wahrnehmung der Rechte der Klägerin notwendig. Die Bemessung der Höhe dieses Schadensersatzanspruchs auf der Grundlage eines Gegen-standswerts von 30.000 € und eines Gebührensatzes von 1,3 conformément au § 14 Abs. 1 RVG, No.. 2300 RVG-VV durch das Landgericht ist rechtlich nicht zu be-anstanden. Entgegen der Auffassung der Revision kann die Klägerin nicht Er-satz einer nach einem Gebührensatz von 1,5 berechneten Geschäftsgebühr verlangen. Denn nach der Rechtsprechung des Bundesgerichtshofs ist eine Erhöhung der Geschäftsgebühr über die für durchschnittliche Fälle geltende Regelgebühr von 1,3 hinaus nach Nr. 2300 RVG-VV nur gerechtfertigt, wenn die Tätigkeit umfangreich oder schwierig und damit überdurchschnittlich war
33
34
- 23 -
(VGL. Sénat, Décision du 5. Février 2013 – VI ZR 195/12, , A-RR 2013, 1020 Rn. 7 f.; Arrêt du 27. Plus 2014 – VI ZR 279/13, VersR 2014, 894 Rn. 20; BGH, Arrêt du 11. Juillet 2012 – VIII ZR 323/11, NJW 2012, 2813 Rn. 8 ff.). Dies ist hier – wie das Landgericht zutreffend ausgeführt hat – nicht der Fall. In den Tatsacheninstanzen gehaltenen Sachvortrag, der eine andere Beurteilung rechtfertigt, zeigt die Revision nicht auf.
III. Die weiteren Anträge der Revision haben keinen Erfolg.
1. Die Klage ist unbegründet, soweit sie auf das Verbot gerichtet ist, die Klägerin in der Öffentlichkeit und/oder in Bezug auf das Buch in identifizierender Weise zu bezeichnen. Wie das Landgericht zutreffend ausgeführt hat, fehlt es an der für einen Unterlassungsanspruch erforderlichen Begehungsgefahr. Selon les conclusions de la Cour de district, il est constant, que ce ne sont pas venus dans le Vergan-occasion d 'une infraction correspondante. Le fait que l'accusé 2, que la requérante a mis en évidence les Stel-paiements durs factuelles dans le jugement d'appel à l'appel soutient, rapporté l'occasion ei-ner présentation du livre en détail sur le cas de la requérante, qui pourrait déplacer le public intéressé à acheter le livre et ainsi conduire à l'identification du demandeur, pas assez. Ce comportement ne donne pas lieu à la peur, que le défendeur 2 pas limiter avenir sous critiques de livres sur la représentation abstraite des chutes, mais le demandeur apportera con-tion de manière identifiable afin. Plus loin, détenue par la requérante dans les mémoires Tatsacheninstan-zen, La Commission serait un danger concret pour entneh hommes, zeigt die Revision nicht auf.
2. Le demandeur est également pas droit au versement de l'indemnité à Geldent-.
35
36
37
- 24 -
une) Nach der ständigen Rechtsprechung des erkennenden Senats be-gründet die schuldhafte Verletzung des allgemeinen Persönlichkeitsrechts ei-nen Anspruch auf eine Geldentschädigung, wenn es sich um einen schwerwie-genden Eingriff handelt und die Beeinträchtigung nicht in anderer Weise befrie-digend aufgefangen werden kann. Ob eine so schwerwiegende Verletzung des Persönlichkeitsrechts vorliegt, dass die Zahlung einer Geldentschädigung erfor-derlich ist, kann nur aufgrund der gesamten Umstände des Einzelfalls beurteilt werden. Hierbei sind insbesondere die Bedeutung und Tragweite des Eingriffs, Anlass und Beweggrund des Handelnden sowie der Grad seines Verschuldens zu berücksichtigen (VGL. Jugements Sénat 9. Juillet 1985 – VI ZR 214/83, BGHZ 95, 212, 214 f.; à partir de 24. Novembre 2009 – VI ZR 219/08, BGHZ 183, 227 Rn. 11; à partir de 17. Décembre 2013 – VI ZR 211/12, BGHZ 199, 237 Rn. 38 ff.; à partir de 21. Avril 2015 – VI ZR 245/14, AP 2015, 337 Rn. 33, chacun avec d'autres références). Bei der gebotenen Gesamtwürdigung ist auch ein erwirkter Unterlassungstitel zu be-rücksichtigen; der Titel und die mit ihm verbundenen Vollstreckungsmöglichkei-ten können den Geldentschädigungsanspruch beeinflussen und im Zweifel so-gar ausschließen (VGL. Jugement du Sénat 25. Plus 1971 – VI ZR 26/70, DB 1971, 1660, 1661; Senatsbeschluss vom 30. Juin 2009 – VI ZR 340/08, juris Rn. 3). Denn die Zubilligung einer Geldentschädigung im Fall einer schweren Persön-lichkeitsrechtsverletzung findet ihre sachliche Berechtigung in dem Gedanken, dass ohne einen solchen Anspruch Verletzungen der Würde und Ehre des Menschen häufig ohne Sanktion blieben mit der Folge, dass der Rechtsschutz der Persönlichkeit verkümmern würde (VGL. Jugements Sénat 9. Juillet 1985 – VI ZR 214/83, BGHZ 95, 212, 215; à partir de 15. Novembre 1994 – VI ZR 56/94, BGHZ 128, 1, 15 f.; à partir de 5. Octobre 2004 – VI ZR 255/03, BGHZ 160, 298, 302; à partir de 6. Décembre 2005 – VI ZR 265/04, BGHZ 165, 203, 204 f.; à partir de 17. De-zember 2013 – VI ZR 211/12, BGHZ 199, 237 Rn. 40; BVerfGE 34, 269, 292 f.; BVerfG NJW 2000, 2187 f.; Müller, VersR 2008, 1141, 1150).
38
- 25 -
b) Nach diesen Grundsätzen ist die Zahlung einer Geldentschädigung – auch unter Berücksichtigung des von der Revision in Bezug genommenen Sachvortrags der Klägerin in den Vorinstanzen – nicht erforderlich. Zwar ist der Eingriff in das Recht der Klägerin auf ungehinderte Entfaltung ihrer Persönlich-keit und ungestörte kindgemäße Entwicklung erheblich. Der Senat hat auch unterstellt, dass das Buch im Februar 2013 im Religionsunterricht der Klägerin zweimal besprochen wurde und die Klägerin aus Angst davor, dass ihre Mit-schüler Kenntnis von den sie betreffenden Passagen des Buches erlangen würden, im zeitlichen Zusammenhang unter Kopf- und Bauchschmerzen litt. Auf der anderen Seite ist zu berücksichtigen, dass der rechtswidrige Eingriff nicht gegen die Grundlagen ihrer Persönlichkeit gerichtet ist; er trifft sie nicht im Kern ihrer Persönlichkeit. Les déficiences associées avec elle peuvent être satisfaisante être collectées par le erwirkten d'elle dans la présente procédure de procédure Unterlas-sungstitel et administratives. Comme mentionné dans I. 4. réalisée l'obligation de la défenderesse de ne pas comprend également le devoir, d'éliminer la source de la perturbation créée par eux dans le cadre de la possi-chen et raisonnable et prévenir de futures violations des droits de Ver-. En conséquence, le requérant a obtenu satisfaction équitable suffisante.
39
- 26 -
IV. Le coût est basé sur § 92 Abs. 1 Set 1, § 97 Abs. 1 Code de procédure civile.
Galke Wellner von Pentz
Offenloch Roloff
Les tribunaux inférieurs:
LG Köln, Décision du 18.09.2013 – 28 Le 150/13 -
OLG Köln, Décision du 11.03.2014 – 15 Vous 153/13 -

Plus d'affaires sujets de droit: